Raid INSA 2019, 130kms histoire de passer un weekend sympathique

01/05/2019

Nono me contacte pour faire un remplacement in extremis dans leur team de filles et c’est avec grand plaisir que je m’embarque dans ce Raid INSA. Elle me confie que ses deux copines avec qui nous allons faire équipe (Pauline et Alice) reprennent le sport. Elles ont de la caisse.

Je pars confiante et sereine.

 

Aujourd’hui, ce sera 80 kms à travers 7 sections. A 10h25, dans un brouhaha général, le départ est lancé.

Section 1 : trail 6 kms – 280 d+ - la mise en bouche

On se met en jambes tranquillement avec un petit trail. Ça bouchonne pas mal au début puisque on longe la Garonne (ou l’Ariège ?) avant que les concurrents se distillent progressivement sur le parcours. Les sensations sont bonnes. Nono, maitre de la balise, pointe et le chrono s’arrête le temps de mettre les bateaux à la flotte. Cela  nous laisse le temps de grignoter (on a la déjà les crocs).

 

Section 2 : kayak – 13 kms – le kayak m’a tuer

Instinctivement, je pense à la dernière fois où j’ai pris place dans un canoë… C’était avec Fred, au Raid Nature 46 et ça avait été épique. Et puis il y a une légende urbaine qui fait que le trac monte, lorsque, ces derniers jours, je me suis mis dans la tête qu’il y a 17 bornes de canoë (le drame). Du coup, quand j’ai pris connaissance du roadbook, c’était l’ascenseur émotionnel dans ma tête…..

Splashhhh… ce sont les vagues.

Il a suffi d’une minute pour être trempée jusqu’au bassin. Au bout du 2ème kms, soit environ après  13 minutes, je me dis que pagayer 11 bornes de plus, ça va être soooo long. Les bras lancent les premiers signaux d’alerte. Nono à l’arrière me donne de précieux conseils. Et je m’en remets au petit Jésus pour éviter de faire le maximum de boulettes avec mes pagaies afin notamment d’éviter de lire un truc du genre « Nelly m’arrose abondamment sans s’en rendre compte avec sa pagaie de merde » (dixit un raideur aux muscles raides).

On retrouve progressivement nos deux co-équipières.

Les remous s’enchainent et mon hygrométrie augmente progressivement. Un petit vent se lève, il commence à faire un peu froid dans l’embarcation malgré le soleil qui rayonne et j’ai du mal à rester concentrée. Serge et Aurélia accostent sur la berge. 

Je commence à avoir les jambes qui tétanisent. Se sentir confortable sur le canoë, c’est pas 9-2 EASY.

Arrive la fin, ouf ! Il était temps. Alice et moi, à l’avant des kayaks sommes saisies par le froid. On essaie de se rhabiller dans la foulée. Mes doigts sont devenus bicolores. On remonte sur nos VTTs, et une bonne côte nous permet de retrouver nos esprits et de laisser derrière nous l’humidité.

 

Section 3 : le death VTT 18 kms – 480 d+

Le VTT n’est pas technique pour un sous. On ride sur le macadam, c’est pas ouf.

Assez rapidement, je constate que j’ai laissé mes jambes dans le canoé. J’ai des mollets semblables à des parpaings et c’est difficile d’avancer. Alice mène le groupe et a un bon rythme. Dociles, on suit.

J’ai les mollets en feuu ! Zéro plaisir.

 

Section 4 : run’surrection & bike. 10 kms – 250 d+

Je n’étais pas vraiment au summum de l’épanouissement sportif quand j’ai vu que les filous de l’INSA avaient finalement décidé de mettre 10 bornes de run & bike... Le premier test de cette discipline, c’était début mars chez Serge et j’avais trouvé ça vraiment cardio. Étonnamment, je me sens bien et j’ai retrouvé mes jambes.

Au ravito, Pauline s’empiffre de chips comme s’est pas permis (elle vide le paquet la meuf !). Avec Nono, on pille l’Ice Tea.

 

Section 5 : VTT et c’est reparti pour 16 kms – 350 d+

Section aussi bofbof que la première, à moitié sur la route, à moitié dans les champs. Nono la loco loca (locomotive folle) nous tire, que dis-je, nous fait décoller sur les lignes droites (oui, c’est bien du VTT qu’on fait).

 Je n’ai pas trop de souvenirs. Les paysages étaient sympas.

 

Section 6 : Trail – 5.3 kms

Second trail. Toujours de très bonnes sensations en courant. Alice commence à fatiguer et on ralenti le rythme. L’idée étant quand même d’arriver avec le smile à l’issue de la première journée.

 

Section 7 : VTT – 10.6 kms – 70 d+

La der’ des der’. Nono toujours en tête. J’ai l’impression qu’il lui tarde de rentrer à la maison tellement elle appuie sur la pédale. Alors on suit et on rattrape quelques équipes à travers les champs.

Nous arrivons toutes les 4 contentes de cette première journée.

 

 

Jour 2 - dimanche :

Grasse mat’ en ce jour dominical. L’épreuve fait 50 bornes et j’ai la chance de pouvoir mettre le réveil plus tard qu’en semaine (sic.). En me levant, je constate que je n’ai pas dû forcer comme il fallait pour le canoë. J’ai l’épaule gauche explosée. Elle me fait mal.

 

Section 1 : VTT – 17.5 kms – 560 d+

Bien entendu, ça part comme des bombes et nous y allons tranquille (au début). Le rythme accélère progressivement. Côté parcours, c’est un peu plus sexy que la veille. Les quelques singles sympas égayeront ma matinée. Nous croisons d’ailleurs Monseigneur Miquel et Cardinal Rémi, avec leur musique ecclésiastique qui résonne au-delà des vallées environnantes.

 

Section 2 : trail – 4 kms – 100 d+

Si je m’en souviens plus, c’est que ça a dû bien se passer !

 

Section 3 :  canoë – 7 kms

Le canoë c’est la vie. On prend bien les courants, on gère. Nono ne me dit pas de pagayer à droite, ni  que je force trop à gauche, génial ! Ça passe assez vite, tellement vite que je mets trois plombes à réagir pour sortir du canoë pour accoster, du coup j’arrive à me retrouver mi-cuisses dans le ruisseau – stylé.  

 

Section 4 : trail – 6 kms – 320 d+

Toujours pour se réchauffer, on grimpe pendant un bon moment à travers la forêt. J’aurais dû attendre un peu pour la séance de cryothérapie – je ne sens plus mes cuisses.

 

Section 5 et 6 : VTT – 7 kms  et 8.2 kms – 200 d+ et 120 d+

Alice reprend la danse et mène le groupe. Le VTT est à nouveau sympa, les petites descentes qui vont bien et tout et tout.

Nous arrivons à la balise, avec la possibilité de faire les options. Nous poursuivons et continuons avec la seconde section VTT, persuadées que nous n’aurons pas de bonification sur les deux épreuves optionnelles.

Et c’est toujours l’hécatombe pour les chips et l’Ice Tea (RIP).

 

Section 7 : CO en 40 min max

Pauline oriente, Nono poinçonneuse des lilas et maitre du temps pour ma pomme (titre pompeux pour dire que tu jettes de temps à autre un coup d’œil à la montre). Alice galère un peu et les chips font vraiment effet pour Pauline : on ne l’arrête plus ! Et je me rends compte également que j’ai plus trop de jus de les jambes.  

Nous retrouvons pas mal d’équipes à travers ce cache-cache géant dans les bois.

Pauline excelle et Nono aussi (Nono reconnaitra en caméra cachée, plus tard, qu’elle en chiait un peu aussi quand même :p). Avec Alice, on suit.

Nous bouclons la CO en 33 min.

 

Section 8: VTT – 3 kms.

C’est fini ! J’ai l’impression qu’on veut aller le plus vite possible pour terminer! Au finish, des p’tits gars nous font du coude à coude pour poinçonner avant nous … tsss.

Nous rejoignons les autres TUCs et compagnie avant de prendre une double portion d’aligot – saucisse – dessert histoire de terminer le weeekend fatiguées mais repues.

Merci les filles !

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

L’intégrale des Causses - de face, de profil, en biais

November 17, 2019

1/10
Please reload

Posts Récents

October 15, 2019