NatureMan : premier M et clap de fin de saison

09/10/2018

J- 2 avant le D-DAY (je devrais être en train de faire mon sac – il est 21h45).

Pour cette course, il faut repartir encore une fois au début de l’année 2018, lors d’un apéro TUCettes - In, où Tatiana nous parle d’un triathlon dans le Verdon… A l’instinct, on s’inscrit.

Je ne réalise pas trop sur le moment que je vais devoir m’enquiller 1500 mètres de nage, alors que je me suis motivée à faire les entrainements piscine à peu près au même moment. Dieu existe, la nat’ est passée à 1200 mètres, c’est toujours ça de pris.

Gros gros challenge pistoche donc… et les débuts furent très chaotiques.

Je partais de très loin. A vue de nez, je partais au moins de la côte Est des States. Traverser l’Atlantique en quelques mois, ce n’est pas de tout repos (c’est chauuuud !).

 

Je me souviens encore du premier entrainement… Ce vacarme, le bruit des mains qui frappent l’eau de façon automatique, quasiment des chorégraphies. De mon côté, je n’avais qu’une envie : pleurer dans la ligne d’eau car incapable d’enchainer deux mouvements de crawl (je ne plaisante pas - je suis une méga bille). Il y avait du taff’.

Je fais quelques entrainements le vendredi soir. Malgré la patience d’Alexandre, ça ne rentre pas, je galère. Il y a certaines séances où ça va et d’autres où je me maudis de ne pas arriver à faire une longueur sans m’arrêter (là non plus, pas de second degré – méga bille en puissance).

 

Entre le vélo route et la nat’, le stage à Auzat a été un peu ma révélation triathlétique, mon oasis. Du coup, je me motive à y aller deux fois par semaine, en