La reprise de Mr Séb sur le L de Revel

24/06/2018

Premier dossard de la saison de triathlon pour ma part et c’est avec appétit et Motiv’ que je me rends en compagnie de Rodolphe au lac de Saint Ferréol. J’aime ce site de par sa beauté et je le trouve très propice à la pratique des sports enchainés. Nous ne sommes pas très nombreux à émarger sur la start list, mais pas mal de TUC sont au rendez-vous malgré la diversité des épreuves proposées. Laura, spectatrice du Sprint nous avait envoyé quelques brèves dès le matin, T° de l’eau agréable, forme de John Swim..

Ambiance détendue, nous nous plongeons dans le rituel de nos préparatifs respectifs, le temps quand même de faire une p’tite photo de famille.

Le parc à vélo est tout en long, de ce fait les pas sont nombreux pour rejoindre notre monture

Les dames partent 10 minutes avant les Hommes, de ce fait nous avons largement le temps de nous échauffer ; chose rare me concernant.

L’orga a eu la bonne idée de dessiner un parcours natation avec une jolie bouée à prendre à gauche devant nous à 100M, c’est sympa pour apaiser les esprits !

 

 

 

A notre tour de nous avancer sur la ligne, pas de stress particulier, le départ est donné sans bousculade. La partie aquatique se déroule bien me concernant mais je suis content quand même de sortir de l’eau. Justine m’annonce en milieu de peloton, ce qui correspond à mon profil de nageur, sans plus, Wilfried est là aussi, on déboule ensemble vers la looonnngue digue pour rejoindre nos montures alignées telles des morceaux de viande sur une pique à brochette. Roro est déjà là qui revêt son habit de lumière et c’est parti. Casque, lunettes, chaussures au pied me voilà prêt à en découdre avec la montée des Cammazes…Un petit kilomètre de tour de lac puis virage en épingle à droite et c’est parti, le temps de saluer mon ami Séb S qui a toujours le sourire.

Tout de suite on entre dans le vif du sujet et j’aime ça. Déjà je remonte quelques concurrents comme mon ami Benoit puis Bertrand en suivant…mais celui que je cherche est loin devant…

Au 2/3 de la montée, on bifurque sur une coupette style toboggan de bitume. Ca tournicotte, ça grimpouille, le revêtement est mauvais mais c’est sympa quand même…suivra ensuite une descente qui m’a paru très dangereuse à mon goût, le vent aidant, on sillonne à des vitesses élevées et une intersection mal indiquée s’annonce. Il n’y a aucun bénévole à cette bifurcation et 2 voitures sont arrêtées sur la voix d’en face sans visibilité pour prendre sur leur gauche alors que nous descendons plein badin à la sortie d’un virage sans visibilité, j’avoue avoir eu un moment d’inquiétude. L’âge aidant, on est plus réticent à déposer la goupille à 100% ; il y a toujours une partie de raison en nous…

Mes copains Benoit et Wilfried paieront les frais de lourdes minutes faute de signalisation dans cette même intersection.

Plus loin encore, on traverse un petit « lieu dit » à fond la caisse, une autre occasion de garder les mains sur les freins…le vent en poupe, on dévale les contreforts de la montagne noire, c’est grisant mais sur des routes comme celles-ci cela nécessite des notions de pilotage.

Un peu plus loin au kilomètre 30 environ, je reviendrai sur Marc D puis nous amorçons la remontée en palier vers l’aérodrome.

Au sommet ; nouvelle intersection sans information, heureusement qqs spectateurs comme Thomas D nous donnent l’info de guidage utile et on se jette dans la descente. Seul le photographe de l’orga embusqué derrière la glissière me donnera l’indice de la bonne route à suivre pendant ces longues minutes et nous voici bientôt de retour au lac pour repasser devant les copains ; puis rebelote !

A présent on connait le parcours et ses pièges…mais toujours pas mon Homme en ligne de mire….

Enfin, au kilomètre 50, j’aperçois au loin 2 silhouettes, une en blanc et une en jaune, à eux deux je pourrais me les manger en œuf au plat mais je risque de rester sur ma faim…

Kilomètre 70 enfin je reconnais celui que je cherche…Thomas est là au pied de la côte de l’aérodrome, je suis super content de le voir enfin mais le coquin a sacrément grappillé du terrain.

Nous voici côte à côte, encore un petit effort pour passer ma roue avant devant la sienne et creuser mon écart sans mettre en péril le troisième épisode de la course.

De retour au lac, transition clean, sans précipitation, on redescend du talus en contre bas de la digue et c’est parti.

Un peu d’euphorie au début, mais la remontée du talus sera moins comique…Thomas est à mes trousses.

Je dois être en 6 ième position et commence à me projeter un peu…Je pourrais certainement faire quelque chose en Vétéran et peut être même me rapprocher du Podium au scratch, ce qui me ravirait.

Je rentre dans ma bulle mais je sens que je ne suis pas intacte de ce gros vélo et le manque de fraicheur de la semaine chargée se fait ressentir, faut rester lucide.

Un 1er tour de lac en mode croisière, je ressens la sensation de faim arriver, en effet, sur ces routes défoncées, j’ai perdu une partie de mon ravito perso et je pense qu’un passage au paddock sera inévitable pour assimiler quelques calories.

Au second tour, j’ai le privilège de me faire doubler par Monsieur Sébastien Fraysse en personne, c’est un plaisir de le côtoyer à un moment de la course. Son allure est belle, il m’a l’air facile.

Au ravito suivant, je fais arrêt au stand, Thomas est dans le rétro à quelques encablures mais je ne suis pas encore inquiété. Il y a le retour de Marc D à pister aussi, celui-ci pourrait m’anéantir mes ambitions en vétéran…Gels en poche et coca seront mes amis pour la suite

Fin du deuxième tour, c’est un plaisir immense de passer par la ligne d’arrivée, les copains y sont tankés, Loïc est venu nous faire un coucou à vélo, quel bon esprit ;

Valérie et les enfants sont postés dans la descente du talus, Lucas est survolté et me tends 18 verres d’eau à la fois que je ne peux honorer…J’ai l’info dans l’oreillette que Thomas n’est pas loin !

Je vais arriver à maintenir, voire accélérer mon allure sur les 2 derniers tours, je prends mes temps intermédiaires et c’est de bon présage, je creuse à présent l’écart sur Thomas. Pas de Marc non plus à l’horizon, je savoure mes dernières foulées autour de ce lac superbe bordé de son sous-bois de chênes et de résineux.

Ligne d’arrivée : j’achève cette belle partie de sport sous le signe de la bonne. Je finirai 4ième au scratch et donc premier vétéran en 4h40, inscrivant le 3ième temps vélo et le 4ième temps à pied. 

 

Merci aux tricopains pour cette belle journée, la météo a été un ingrédient non négligeable à la réussite de cette journée.

 

Séb

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

L’intégrale des Causses - de face, de profil, en biais

November 17, 2019

1/10
Please reload

Posts Récents

October 15, 2019