Triathlon de Carcassonne vu par Delphine C

30/05/2017

Samedi 20 mai 2017 s’est déroulée la 30ième édition du triathlon de Carcassonne. C’est mon premier triathlon de la saison et mon 4ième triathlon au total. (Dont 2 format M Revel et la Ramée et un L Nailloux). Je reprends ma check liste de l’année dernière, le matériel à prendre en triathlon est toujours impressionnant, moi qui suis habituée aux trails et à la course à pied où seuls les chaussures et l’eau sont importants...

 

Je covoiture avec David Ohana qui fait le même format que moi. Nous partons de Toulouse vers 13h et nous arrivons sur place vers les 14h10. Il fait froid, il y a du vent, bref le temps n’est pas idéal. A 14h30 je vais chercher mon dossard, vite je me dépêche de déposer mes affaires à la zone de transition car elle ferme à 14h45. Dans la précipitation, je ne peux pas m’échauffer, je mets ma combinaison et pars directement à la zone de briefing.

 

A 15h, le briefing est donné, la température de l’eau du lac de la Cavayère est à 14°, et il y a quelques rayons de soleil.

A 15h10, le départ est donné pour les femmes, les hommes partent 15 minutes plus tard. J’oublie la température de l’eau et nage. Au bout de quelques minutes, mes yeux commencent à me brûler, j’ai nettoyé mes lunettes la veille avec du liquide vaisselle (pour éviter la buée) mais il en reste encore.

C’est insoutenable, je m’arrête, les rince mais j’ai les yeux irrités et j’ai du mal à les garder ouverts, j’hésite à abandonner et appeler les canoës aux alentours, la santé avant tout ! Je ferme les yeux durant la natation en espérant que ça passe et profite de la présence d’une féminine à mes côtés pour suivre sa trajectoire et éviter de trop ouvrir les yeux, les minutes sont longues... enfin je sors de l’eau quelle délivrance pour mes pauvres yeux ! Je suis dans le milieu du peloton féminin. Je me dépêche, retire ma combinaison du mieux que je peux, puis je mets mes chaussettes, chaussures (j’ai besoin de confort ;-), je ne tente pas les chaussures déjà sur les cales, sors de la zone de transition le tout en 33 minutes.

 

Je pars à vélo, le parcours est de 40 km, avec un dénivelé de D+560m. La route est en mauvais état, il y a du gravier partout, pas très rassurant, impossible de se lâcher. Les jambes ont du mal à venir, par manque d’échauffement au départ je pense. Le premier homme me double au bout de 10 minutes, d’autres suivent au compte-gouttes, les écarts sont important puis je me fais doubler par une féminine. Vers le 30ième kilomètre deux TUC hommes me doublent, on s’encourage. Au total je double 5-6 féminines sur tout le parcours.

 

 

Au bout de 1h26, je descends de mon vélo, je cours avec mes chaussures automatiques, mets mes chaussures de route, change mon dossard de sens et c’est parti pour 10km de course à pied. Il y a du dénivelé. Mes mollets sont tendus, mais 10km c’est court, ça va aller. Je me ravitaille en eau tous les 2km5. Je double beaucoup de monde sur la course, c’est le domaine où je suis à l’aise. Dans les côtes, je me force à courir car j’ai un trail quelques jours après, ça fait un bon entraînement (Euskal Trail). Je finis en 48 minutes la course à pied. Au total, je mets 2h48’07.

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

A bout de souffle - Swiss peak Trail 360

February 18, 2020

1/10
Please reload

Posts Récents

September 29, 2020

February 23, 2020

October 15, 2019

Please reload

Archives