Saramon sous fond de duel

Par ce lundi 1er Mai, jour férié, quoi de mieux que de faire un triathlon ? (plein de choses à vrai dire mais passons).

 

La vieille je prends contact avec mon Uber de la journée (nom de code : Jéromachine)(je te dois toujours les sous d’ailleurs).

 

Après avoir chargé tout le matos dans la Jéromobile, en avant pour Saramon. Contrairement à d’habitude, tout se passe bien.

 

On arrive sur place pour récupérer les dossards puis direction le parc à vélo où sont déjà présent les tricopains. C’est là que je croise le regard de Pierre Geay, l’homme à battre de cette journée !

 

En attendant de me mesurer à lui, on retourne à la voiture avec Jéromine pour enfiler nos combinaisons. Sur le retour, un triathlète à vélo nous croise… Que nous recroisons quelques secondes plus tard car il est tombé…

 

En attendant le briefing, un petit plouf à 15°C s’improvise pour « chauffer » la machine… Idée bien évidemment inutile puisque le briefing s’effectue avec 30 minutes de retard.

 

Enfin arrive le coup de sifflet, c’est le départ bien idiot où il y a de la mousse, des poings et des talons dans les gencives. Pendant le premier tour, c’est toujours le bouillon, une fois la sortie à l’australienne passée, les niveaux s’équilibrent et on peut nager à son allure.

Une fois sortie de l’eau, j’arrive au parc et je m’inquiète car aucune trace de mes tricopains donc je prends mon temps pour me changer*. Je pars donc lentement à vélo (pas pour me préserver mais parce que je suis lent), le parcours est vraiment roulant dans la première descente, après c’est du bitume « Made in countryside of Saramon» et du vent avec 25 km/h mini sinon ce n’est pas drôle*.

Je commence à m’inquiéter car je n’ai toujours pas vu Pierre, lui qui pourtant est assidu aux entrainements, bon à la natation et excellent sur la partie vélo… Enfin !! Vers la fin du premier tour il me double, je reprends mes esprits et tente de le suivre… de (très) loin… histoire d’éviter un carton pour drafting.

On passera sous silence, le deuxième tour de vélo car je suis seul, bien seul…

J’arrive enfin à la deuxième transition, je pose mon vélo, j’enfile les chaussures et commence à partir… M*** mon casque, je vais le poser…. M**** mes lunettes, je vais les poser… Je pars enfin pour la course à pied !

Pas de difficultés spécifiques sur le parcours, je tente juste de rattraper Pierre ! Petit à petit, je grappille les mètres nécessaires pour avoir 40m d’écart avec lui. C’est là que le circuit joue contre moi, c’est un A/R è Il me voit et accélère avec Manu tels les frères Brownlee ! Etant seul, je fatigue et je n’arrive pas à ré-accélérer pour tenter une victoire TUC*

 

Finalement, il y aura moins d’une minute d’écart entre Pierre et moi. Je passerai largement sous la barre des 1h15 (1h14 et 56 secondes)   

Prochain duel è Le M du Lauragais

 

*Si vous avez perçu de la mauvaise foi ou de fausses excuses, vous avez entièrement raison

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

L’intégrale des Causses - de face, de profil, en biais

November 17, 2019

1/10
Please reload

Posts Récents

October 15, 2019